Camping Ile d’Yeu

L’embarcadère pour l’île d’Yeu est à seulement 10 minutes de votre camping.  N’hésitez pas à profiter de paysages magnifiques en visitant l’île d’Yeu. Escapade vivifiante, l’île d’Yeu vous offre un dépaysement total où la circulation des voitures est interdite, une occasion en or pour la sillonner en vélo. L’île est assez grande pour vous procurer de belles balades et suffisamment petite pour la parcourir en une journée.

  • Profitez du plaisir d’une traversée maritime avec les deux compagnies qui desservent l’île au départ de Fromentine:
  • La Compagnie Yeu Continent pendant toute l’année
  • La Compagnie Vendéenne d’avril à septembre et pendant les vacances de la Toussaint ou de Saint Gilles Croix de Vie d’avril à septembre.

Les paysages de l’île d’Yeu s’apparente à la côte bretonne et vous charmera par ses paysages variés  d’une grande beauté: des landes sauvages battues par le vent, des plages irisées contrastant avec le bleu océan, des landes offrant une mosaïque de couleurs pastel, des falaises aux crevasses noires vertigineuses et des petites maisons blanches de pêcheurs aux volets peints.

Pendant votre balade, outre la nature préservée, vous découvrirez les nombreux trésors que recèle l’île: ses phares, son vieux château, l’église Saint Sauveur et la petite chapelle du Port aux Meules, la citadelle de Port Joinville.

L’ile d’Yeu: Une vie insulaire

L’île d’Yeu est une véritable île et reconnue comme telle, elle fait partie des îles du Ponant. Trois critères sont nécessaires pour être doté du titre d’île: N’avoir aucun lien d’attache physique qui relie le continent, être habité en permanence par une population, détenir un statut de collectivité locale. Elles bénéficient d’une protection particulière notamment en matière de préservation de leur environnement.

Son histoire

La trace de son occupation pendant la période néolithique est encore visible aujourd’hui: les dolmens des Petits Fradets, de la Planche à Puare, les pierres levées et la “Pierre à cupules”. Les fouilles archéologiques ont permis de trouver des pièces de monnaie attestant de l’intérêt pour l’île par les romains sans pour autant y avoir laissé de vestiges importants.

C’est au VIe siècle que des moines irlandais investissent l’île d’Yeu en fondant une petite communauté autour de l’église de Saint Sauveur. Plus tard, ils érigeront un monastère aujourd’hui disparu, ruiné par les invasions normandes au IXe siècle. Un autre monastère sera bâti par des moines venus de Marmoutier à l’endroit de Ker Châlon et reconstruisent la première église incendiée par les pillards normands.

A partir de là, l’île est convoitée et devra se protéger en permanence des appétits des conquêtes espagnoles, hollandaises et anglaises. et ce rôle protecteur sera dévolu aux Seigneurs de l’île, érigée en marquisat au XVIIe siècle. Dès le XIe siècle ils s’acquitteront de leur difficile tâche en construisant un fortin, d’abord en bois puis un château en pierres. Mais de peur de tomber aux mains ennemies, Louis XIV le fera démanteler.

Comme de nombreuses îles, Yeu est exonérée de taxe ce qui de fait entraîne un fort développement de la contrebande notamment du tabac que nombre d’habitants cultivaient pour améliorer l’ordinaire.

Au moment des guerres de Vendée, l’île était occupée par les anglais qui avaient promis de soutenir les chouans royalistes contre les troupes républicaines mais il ne débarquèrent jamais sur le continent et mirent ainsi fin aux rêves des insurgés vendéens emmenés par Charette.

 

La pêche sur l’île d’Yeu, une tradition

Dès la fin du XVIIIe siècle, l’île se spécialisa dans la pêche hauturière et son port devient le port thonier le plus important de la côte atlantique. Malheureusement avec les nouvelles règlementations imposées au fil du temps, notamment l’interdiction des filets maillants dérivants, les pêcheurs se voient dans l’obligation d’adopter les nouvelles techniques de pêche, moins destructrices et plus ciblées. Le port accueille encore de gros navires spécialisés pour le merlu, la lotte la sole et les requins taupes.

 

L’île d’Yeu tournée vers le tourisme

 

L’île a compris que son avenir résidait dans un tourisme de qualité et s’est engagée dans une politique de communication payante: être perçue par les très nombreux touristes du continent comme un hâvre de paix préservé de l’afflux massif de visiteurs, invités à venir passer une journée d’évasion. Sa situation exceptionnelle l’engage également sur un plan éolien de grande envergure en partenariat avec l’île de Noirmoutier.

Un paysage varié et enchanteur

L’île d’Yeu présente un paysage très diversifié. Sa flore végétale se trouve au carrefour de l’influence armoricaine et aquitaine s’adaptant aux falaises, marais et landes ce qui en fait une terre d’une incomparable  richesse.

Sur la côte Est de l’île, de Port Joinville à la Pointe des Corbeaux, des plages de sable fin bordent l’océan faisant face au continent, délimitées par le cordon dunaire agrémentés d’oyats, de sentoline ou de chardon bleus. A l’arrière des forêts de pins et de chênes offrent au paysage une douceur tranquille. C’est le paysage rencontré partout sur le littoral Vendéen, propice aux activités de plage. Le contraste est saisissant avec la côte ouest dite sauvage, composée de grandes falaises découpées, ponctuées de petites criques sableuses: plages des Sabias, des Sables Rouis, des Fontaines et de baies: plages des Vieilles, des Soux, paradis abrités. Au centre de l’île on retrouve la lande et les marais abritant de nombreuses espèces d’oiseaux, qui se reposent au cours de leurs longues migrations.

A visiter

Le vieux château

C’est Olivier de Clisson qui aménagea le château pour défendre l’île. Mais un corsaire anglais réussit à l’investir en 1355 avant qu”Olivier V de Clisson parvienne après 37 ans à la reprendre. Il fut fortifié à plusieurs reprises puis abandonné et  enfin désarmé sous Louis XIV. Il est dit que ce serait le château de la célèbre histoire de Tintin “L’île noire”…. A vous de vérifier sur place…!

 

Les phares de l’île

Le phare de la Pointe des corbeaux est construit en 1862 après le naufrage de “l’Active” qui fit 80 victimes pour guider les marins qui jusqu’alors ne pouvaient se guider que grâce au clocher de l’église Saint Sauveur. Ce phare est toujours en activité mais il a été reconstruit après que les allemands le détruisirent lors de la seconde guerre mondiale. Il est télécontrôlé par le grand phare situé au nord-ouest de l’île, édifié lui en 1950.

 

L’église de Saint sauveur

Bâtie sur un point de hauteur, son clocher abrita un sémaphore jusqu’à la construction du premier phare. Sous l’emprise des vents violents venus du large, il menaçait de s’effondrer. Etant donnée sa situation stratégique Louis XVI décida de le restaurer à ses frais en 1774. Pendant l’empire, il fit fonction de tour de guet et subit de ce fait des aménagements mais frappé par la foudre en 1953, il fut décidé de le reconstruire sous sa forme originale de style roman.

 

La citadelle

Prévue pour accueillir une garnison militaire, en vue d’assurer la défense des côtes, elle servit surtout de résidence surveillée à des prisonniers d’Etat dont le célèbre Maréchal Pétain qui y fut enfermé après la guerre et qui y mourut en 1951. Son corps repose sur l’île. N’hésitez pas à venir parcourir ce fort qui a gardé ses couloirs tristes et mystérieux.

 

 

Le port de la Meule

Véritable bijou de l’île, vous serez séduit par ce minuscule port abrité dans une petite crique, que surplombe la chapelle Notre-Dame de la Bonne Nouvelle, silhouette blanche sur fond de ciel bleu. C’est l’édifice religieux le plus ancien édifié pour conjurer le mauvais adage du passage à l’an 1000.  Invisible de la mer, ce port fut un haut lieu de contrebande.

L’ensemble de ce site est un des endroits le plus prisé de l’île, séduisant les visiteurs par son charme indéniable.

Découvrez ...